Actu Internationale
A la Une

Coronavirus: effondrement des ventes de voitures en Chine, activité en berne aux USA

Sur les seize premiers jours de février, les ventes d’automobiles se sont écroulées de 92% tandis que l’activité des services aux Etats-Unis a atteint un plus bas depuis 2013.

Les chiffrages des conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus commencent à tomber et les résultats donnent le tournis. Ce jeudi, l’association du secteur aérien IATA estimait que la crise pourrait provoquer un manque à gagner potentiel de presque 30 milliards de dollars pour les compagnies. Au minimum.

Ce vendredi, c’est la Fédération chinoise des constructeurs de voitures individuelles qui annonce la couleur. Avec des usines quasiment à l’arrêt dans la province du Hubei (centre majeur de l’industrie automobile chinoise), les ventes d’automobiles se sont effondrées de 92% lors des 16 premiers jours de février à 4900 unités contre 60.000 un an plus tôt. Rappelons que la Chine est le premier marché automobile mondial.Play Video 

Economie sous cloche

Selon ses estimations, le plongeon des livraisons de voitures pourrait être de 70% sur un an pour l’ensemble de février, et de 40% sur les deux mois cumulés de janvier-février.
    
Un effondrement qui reflète la mise sous cloche de l’économie, en raison des mesures drastiques prises pour contenir l’épidémie: prolongation des congés du Nouvel an lunaire, fermeture imposée des magasins, mesures de confinement dans de nombreuses villes.
    
« A travers les différentes régions, très peu de concessionnaires étaient ouverts, et la fréquentation était extrêmement basse, car seuls les clients soumis à des nécessités urgentes achètent un véhicule par temps d’épidémie », a observé la CPCA. Ce plongeon « sera temporaire, mais la durée de la reprise dépendra des mesures adoptées par les autorités dans les différentes régions » pour endiguer la propagation du virus, prévient la fédération.

De fait, avec de nombreux ouvriers en quarantaine, la reprise de la production ne se fait encore que très progressivement et en ordre dispersé selon les constructeurs. Et ceux-ci sont par ailleurs confrontés aux restrictions de circulation, qui perturbent les acheminements de pièces détachées tout comme les livraisons des véhicules terminés. De l’autre côté de la planète, c’est l’activité privée américaine qui souffre en février, dans les services comme dans l’industrie.

USA: tourisme et exportations impactés

L’indice PMI « flash » (première estimation) des services a reculé à 49,4 tombant à son bas niveau depuis octobre 2013. C’est la première fois depuis 2016 que cet indice passe sous les 50, signe de contraction de l’activité, pour ce secteur qui représente les deux tiers environ de l’activité économique américaine.

« La détérioration est en partie liée à l’épidémie de coronavirus, ce qui se manifeste par une dégradation de la demande dans des secteurs comme le tourisme et les voyages, ainsi que par une baisse des exportations et des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement« , a déclaré Chris Williamson, chef économiste d’IHS Markit.

Dans le secteur manufacturier, le PMI « flash » ressort à 50,8, son plus bas niveau depuis août, après 51,9 en janvier.  

source: bfmbusiness

Afficher plus

Nadir Kerri

Journaliste spécialisé dans l'automobile et Directeur de la Rédaction de autojazair.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer